Partagez
  •  
  •  
  •  

Le long métrage de Jon Chu explose au box-office Américain avec le pari d’un casting presque exclusivement asiatique, un évènement rare.

S’il fallait résumer « Crazy Rich Asians », on mélangerait comédie romantique distrayante un peu enfantine, sorte de remake du mythe de Cendrillon avec un peu de satire.

L’histoire est simple: Rachel, professeure d’économie à l’Université de New York, accepte de partir à Singapour avec son fiancé, Nick, témoin au mariage de son meilleur ami. C’est alors qu’elle découvre un nouvel univers, dont elle ignorait tout: Nick est l’héritier d’une influente et richissime famille de promoteurs immobiliers chinois, qui baigne dans le luxe. La mère de Nick, on s’en doute, n’est pas des plus agréables envers Rachel, somme toute très Américaine.

Mais Crazy Rich Asians est bien plus que cela. Véritable phénomène aux Etats-Unis, il brise les codes: il s’agit du premier film hollywoodien avec un casting presque à 100% asiatique depuis The Joy Luck Club en 1993. C’est dire à quel point il était attendu par la communauté asiatique. Son succès n’est pas sans rappeler celui, début 2018, de Black Panther, chéri par les Afro-Américains, qui ont enfin obtenu leurs super-héros noirs.

Chez-nous, le film est disponible seulement en version originale Anglaise.


Partagez
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *