Partagez
  •  
  •  
  •  

Tout le monde tout nu !!
Au cours des 3 dernières années, le phénomène a attiré beaucoup de jeunes, d’après les Fédérations de naturisme européennes, constatant notamment que la communauté des nudistes s’est élargie de 40% entre 2014 et 2017. Il s’agit d’une hausse de millions d’adeptes et les chiffres sont toujours en croissance.



Voilà que le naturisme n’est plus réservé aux plages, aux campings et aux centres nature. Il est désormais urbain. Les nouveaux « tout nus » déambulent au Palais Tokyo de Paris dans une expo d’art contemporain, font du yoga ou du tir à l’arc, jouent aux quilles, s’adonnent aux jeux laser de guerre extérieur, dînent au restaurant et vont même dans des soirées « Beautiful Skin », très populaires dans les discothèques branchées. Et tout cela dans le plus simple appareil.

L’art de se « montrer » en ville est-il devenu le nouveau naturisme à la mode ? Reste à voir si dans les faits, 250 fêtards nus comme des vers et pour la plupart alcoolisés, sauront se tenir de 21 heures à 3 heures du matin sans problème. Un « rave party » nu n’a pas à première vue l’apparence de succès.

Pour les puristes, ceux qui se mettent nus dans les villes seraient donc des nudistes, des fêtards qui se déshabillent ponctuellement par confort ou pour s’amuser et non des naturistes, terme employé par ceux qui proposent ces activités dehors en zone naturelle. Les associations défendent le droit de véhiculer ces valeurs tout au long de l’année.

Le phénomène du naturisme urbain est-il bienvenu au Canada? À voir le comportement du premier ministre Justin Trudeau depuis novembre 2015, nous pouvons répondre oui.



Partagez
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *